Accueil » Les plus belles citations sur la Trompette
Trompette Piccolo Scherzer

Les plus belles citations sur la Trompette

J’ai réuni pour vous les plus belles citations sur la trompette

CITATIONS DE MILES DAVIS

« N’ayez pas peur des fausses notes… ça n’existe pas ! »

« Une légende, c’est un vieil homme avec une canne et que tout le monde connaît pour ce qu’il faisait. »

« La véritable musique est le silence et toutes les notes ne font qu’encadrer ce silence. »

« Si vous compreniez tout ce que je veux dire, vous seriez moi ! »

« Pourquoi jouer tant de notes alors qu’il suffit de jouer les meilleures ? »

« Dès qu’on souffle dans un instrument, on sait qu’on ne pourra rien en sortir que Louis n’ait déjà fait. »

« Jimi Hendrix peut prendre deux musiciens blancs et les faire jouer à vous faire tomber sur le cul. »

CITATIONS DE LOUIS ARMSTRONG

« Certaines personnes, quand elles ne connaissent pas, il est impossible de leur apprendre. »

« En grande partie, ce que nous appelons « management » consiste à compliquer le travail des gens. »

« Ce que nous jouons, c’est la vie. »

« Le rang ne confère ni privilège, ni pouvoir. Il impose des responsabilités. »

« Il faut aimer pour être capable de jouer. »

« J’aurai bien voulu enregistrer avec Elvis, vous seriez étonnés de ce qu’on aurait pu faire tous les deux. »

CITATIONS DE MAURICE ANDRÉ

« La musique instrumentale est un art évanescent, un château de sable. Il faut sans cesse construire, développer, maintenir, réparer. »

« Je pense que la Musique amènera les Hommes à se rapprocher les uns des autres. »

« Un jour, mon père, trompettiste amateur, m’a donné un vieux cornet à pistons et c’est comme ça que tout a commencé ; je l’ai accompagné dans les bals populaires, les endroits où il jouait. Il m’a enseigné la musique différemment, en jouant une rumba, un paso doble, un petit truc facile. J’ai vite fait des progrès. »

« Il faut beaucoup écouter les autres instrumentistes. J’ai forgé mon staccato sur celui du piano, mon registre grave sur celui du violoncelle, mes mélodies sur le lyrisme du violon, mes notes rapides sur celles de la clarinette (…) Beaucoup de jeunes trompettistes ne vont pas au concert, ils ne veulent pas écouter un pianiste, un violoncelliste… C’est une grave erreur (…) »

« Le fait de travailler pianissimo m’aide beaucoup. Je sens les « creux » dans les notes, celles qui ne répondent pas. »

« J’adore enseigner et donner le goût de la trompette aux jeunes. »

« Ma réussite je la dois à 60% de don et 40% de travail. Même en bossant comme un fou et bien comme il faut, cela ne sert à rien si l’on n’a pas le don. »

« Bien souvent, on va chercher des complications inutiles. Je me suis dit : une embouchure, c’est ni plus ni moins qu’un bout de fer qu’on met sur les lèvres. Plus le bord est étroit, plus il va couper la lèvre. Mais, à l’opposé, plus il sera large, plus il sera reposant. »

« Mon plus grand plaisir musical a été quand je jouais Bach avec Karl Richter »

« Je pense que, unis comme le sont les trompettistes à travers le monde, ils réussiront à faire de la trompette l’égale du violon ou du piano. »

« Beaucoup me suivent mais je n’ai qu’un prédécesseur : Adolf Scherbaum à qui je dois tout. Mon style s’est formé sur le sien (…) Scherbaum a été l’une de mes idoles. J’ai tous ses enregistrements de Bach. »

« Le plus bel honneur qui m’ait été fait, c’est celui de succéder à mon maître Raymond Sabarich,
au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. »

« Mon critique le plus féroce, c’est moi-même. »

« La mine, c’est le seul endroit où j’ai trouvé un immense respect mutuel entre tous ceux qui travaillaient ensemble. »

« On m’a demandé dans tous les pays du monde, les plus grands chefs d’orchestre…C’est un rêve. »

« Ce ne sont pas les applaudissements qui comptent le plus dans un concert, c’est ce qui se passe pendant que tu joues. »

« Jacques Chancel : – Maurice ANDRE, aimez-vous la musique contemporaine ? Maurice ANDRE : – Ah, non ! Pas du tout…C’est un bruit qui me rappelle trop la Mine. »

« Quand on joue un andante, on doit vous faire pleurer… »

« En contrepoint de cette pensée de Maurice André sur l’art de l’interprétation, je placerai celle, définitive, de Jascha Heifetz : « vous ne pouvez tirer du sang d’un navet »

« La clé de tout, c’est le travail journalier. C’est le fondement. »

« La plupart des jeunes trompettistes ont du chemin à faire. Il leur manque cette chaleur que je mettais à jouer une phrase. »

Pour faire une grande carrière dans la trompette, outre le talent et le travail, il faut une grande résistance. Comme le dit Maurice : « Ce qui m’a forgé, c’est le travail dans la mine, à 14 ans, où je chargeais dix-sept tonnes par jour. »

« Travailler le bois est pour moi une respiration (…) La sculpture, c’est mon refuge. »

« Il faut savoir s’évader de la Musique. J’habite le campagne et j’adore marcher et travailler de mes mains. Je fais de la sculpture,du dessin, mais je peux manier aussi le fer et le béton. Tout cela est un ressourcement indispensable pour la sensibilité et l’imagination. »

« J’ai croisé dans ma carrière beaucoup de gens célèbres, des artistes, des politiques, des hommes de télévision et de radio. Aucun d’eux ne m’a marqué comme certains de mes amis mineurs. »

« Tout est intérieur à la trompette, tout se passe intérieurement. »

« Le violon et le piano sont des enfants à côté de la trompette. La trompette date de 6000 ans avant Jésus-Christ et je voudrais qu’on ait plus de respect pour cet instrument. »

« Moi je ne suis qu’un exécutant, le génie, il est ailleurs. »

« La vie passe tellement vite, c’est nécessaire de profiter des plaisirs, des joies » (au sujet des musiciens qui disent n’avoir pas de temps libre).

« Quand je n’ai pas de concerts je travaille environ 6 heures par jour. En concert 1/2 heure. »

« Les musiciens sont très gentils mais ce sont des enfants, de grands enfants. »

« En général on enseigne la trompette avec des exercices et de l’aigu… Moi je veux de la douceur, je veux que la trompette soit un instrument expressif comme un violon. Il y a beaucoup de choses qu’on peut faire avec une trompette, obtenir des couleurs différentes : de la douceur à l’agressivité…et puis la tendresse. »

« C’est une vie très compliquée que j’ai eue, mais une vie heureuse. »

A un élève : « Le Bon Dieu – je crois en Dieu – t’a donné tout ce que demande un être humain, c’est-à-dire, un don… alors respecte-le, beaucoup de respect. »

CITATIONS SUR LA TROMPETTE

« Si vous ne soufflez pas dans votre trompette, nul ne le fera à votre place. » (Proverbe Anglais)

« Une belle voix de ténor, c’est comme le son d’une trompette étouffée par de la soie. » (Alec Guinness)

« La concierge est la trompette du faire-savoir. » (Max Jacob)

« Certains consomment une telle quantité d’ail pour souffler dans la trompette de la renommée qu’ils pompent tout l’air aux autres. » Stanislaw Jerzy Lec

« Une nation s’éteint quand elle ne réagit plus aux fanfares ; la décadence est la mort de la trompette. » (Émil Michel Cioran)

« La renommée sert plus souvent de trompette à la fortune qu’au mérite. » (Axel Oxenstiern)

« Le son de la trompette est si délicieux, Dans ces soirs solennels de célestes vendanges, Qu’il s’infiltre comme une extase dans tous ceux Dont elle chante les louanges. » (Charles Baudelaire)

« Le coq a un bec trop petit pour souffler dans une trompette. » (Massa Makan Diabaté)

« La renommée sert plus souvent de trompette à la fortune qu’au mérite. » (Axel Oxenstierna)

« L’orgue de Barbarie est à la figue du même nom ce que la trompette bouchée est au cidre. » (Pierre Dac)

« Le rire est la trompette de la folie. » (proverbes français)

« Les lois se taisent au bruit des armes et de la trompette guerrière. » (Gilbert d’Amstel)

« Je ne suis pas Brassens, – Mais sur les bancs publics – Je veux te bécoter ; – Avec nos p’tites gueules bien sympathiques – On fera sûrement sonner – Les trompettes de la renommée ! » (Edith Peille)

« Il est défendu de tuer ; tout meurtrier est puni, à moins qu’il n’ait tué en grande compagnie, et au son des trompettes. » (Dictionnaire philosophique, Tolérance, Section II)

« Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées. Les trompettes, les fifres, les hautbois, les tambours, les canons formaient une harmonie telle qu’il n’y en eut jamais en enfer. » (Candide, ou l’Optimisme)

« On ne dit pas contrepèterie mais que trompette rit. » (Marc Escayrol)